em_argelia
Embajada de Venezuela en Argelia


Communiqué du Gouvernement sur la controverse territoriale avec la République Coopérative du Guyana PDF Imprimir E-mail
Escrito por MPPRE   
Viernes, 02 de Febrero de 2018 00:00

COMUNICADO-OFICIAL600x400-1-1

Communiqué

Le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela informe la communauté internationale et le Peuple vénézuélien que le 30 janvier 2018, il a reçu une communication du Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres, concernant le processus de négociations sur la controverse territoriale avec la République Coopérative du Guyana.

Dans cette communication, le Secrétaire Général des Nations Unies informe de ce qui suit :

-Après un bref compte-rendu du processus de négociations qui s'est déroulé en 2017, il recommande d'utiliser la Cour Internationale de Justice comme prochain moyen pour résoudre la controverse territoriale entre le Venezuela et le Guyana pour le territoire de l'Esequibo. En plus, il considère que le Gouvernement du Venezuela et du Guyana pourraient continuer à bénéficier de la médiation de l'ONU.

A ce sujet, le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela porte à la connaissance du Peuple vénézuélien et du onde ce qui suit :

-Le Venezuela ratifie le plein respect de l'Accord de Genève du 17 février 1966 signé et ratifié entre notre pays et le Royaume Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord en concertation avec le Gouvernement du Guyana Britannique, le traité international qui régit en tant que Loi la controverse territoriale entre les parties reconnu valide et enregistré à l'ONU, seule issue pour une résolution définitive de ce honteux héritage du colonialisme britannique.

-Le Venezuela a rendu compte au moment opportun de son opposition énergique à la lettre du 15 décembre 2016 signée par le Secrétaire Général précédant Ban-Ki Moon, et a alerté sur le fait que les critères contenus dans celle-ci dépassaient les compétences qui lui étaient conférées par son mandat, contrevenaient à l'esprit, au but et à la raison de l'Accord de Genève et du principe d'équité convenu entre les parties.

-La communication du Secrétaire Général passe par-dessus le caractère successif des moyens pour obtenir une solution pacifique qu'établit l'Accord de Genève comme méthode établie pour atteindre une solution acceptable, pratique et satisfaisante de la controverse.

-En 2017, le Venezuela a conservé sa position traditionnelle dans le processus de médiation du Secrétaire Général de l'ONU en privilégiant les intérêts importants du pays et la revendication permanente des droits légitimes et inaliénables du Peuple vénézuélien sur le territoire du Guyana de l'Esequibo.

-Ces négociations ont été conduites avec la confidentialité jalouse qui est la règle essentielle d'un processus de médiation, en accord entre les parties et avec les Nations Unies.

-Il faut se demander les raisons qui ont fait recommander la Cour Internationale de Justice à 2 Etats qui ne reconnaissent pas sa juridiction, étant donné que l'Accord de Genève lui-même fixe les moyens politiques pour résoudre la controverse territoriale. En ce sens, le Venezuela ratifie essentiellement et sans équivoque le processus de négociations par ces moyens.

Le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela, fidèle à sa tradition historique et conformément à sa Diplomatie de Paix réaffirme être fermement prêt à défendre l'intégrité territoriale de notre Patrie et à maintenir les négociations politiques sur la base de l'Accord de Genève de 1966 comme seul issue pour trouver une solution pacifique, pratique et satisfaisante pour les 2 parties et en faveur de nos Peuples.

Le Président de la République Bolivarienne du Venezuela, Nicolás Maduro Moros, garantit au Peuple vénézuélien qu'il continuera à défendre les droits souverains sur le Guyana de l'Esequibo et invite à l'unité nationale pour protéger les intérêts les plus sacrés de la Patrie.

Le soleil du Venezuela Se lève dans l'Esequibo

Caracas, 31 janvier 2018

Última actualización el Lunes, 05 de Febrero de 2018 10:50
 
Venezuela condamne catégoriquement les nouvelles et graves menaces du régime des Etats-Unis d'Amérique contre la paix, la stabilité et la démocratie au Venezuela. PDF Imprimir E-mail
Escrito por MPPRE   
Viernes, 02 de Febrero de 2018 00:00

COMUNICADO-OFICIAL600x400-1-1

Communiqué

La République Bolivarienne du Venezuela condamne catégoriquement les nouvelles et graves menaces du régime des Etats-Unis d'Amérique contre la paix, la stabilité et la démocratie au Venezuela. Il s'git d'une stratégie d'agression totale, acceptée et diffusée ouvertement par les porte-paroles du Gouvernement suprémaciste de Washington.

C'est pourquoi la République Bolivarienne du Venezuela dénonce devant le monde le fait qu'en commençant une tournée qui l'amènera dans différents pays d' Amérique Latine et des Caraïbes, le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a rendue publique l'intention de son Gouvernement de provoquer un changement violent du Président constitutionnel du Venezuela en incitant à un coup d'État militaire. Washington avoue ainsi ses intentions d'agression, contraires aux principes les plus élémentaires du Droit International Public qui régit les relations entre les nations civilisées.

Les pays du monde qui ont souffert de la longue histoire d'opérations secrètes, clandestines, des guerres de propagande, des blocus économiques et des interventions militaires directes du Gouvernement des Etats-Unis d'Amérique. Les menaces insensées contre le Venezuela démontrent, encore une fois, que le Gouvernement de Donald Trump est devenu la plus important facteur de violence, de discrimination et d'humiliation du monde.

De toute évidence, l'objectif principal de la tournée en Amérique Latine et dans les Caraïbes de Rex Tillerson est d'augmenter les pressions sur les Gouvernements de la région pour qu'ils accompagnent le plan pervers d'agressions contre le Venezuela. En fait, dans ses déclarations, il met en vigueur l'anachronique Doctrine Monroe, une vieille politique étasunienne d'expansion et de contrôle illégal des pays de Notre Amérique.

Le caractère et l'identité du Peuple Vénézuélien et de sa Force Armée Nationale Bolivarienne se sont forgés à partir de leur profonde et indubitable conviction anti-impérialiste. En conséquence, aucun empire ne pourra blesser l'indépendance sacrée et la volonté de liberté du Peuple de Simón Bolívar.

La République Bolivarienne du Venezuela lance un appel aux Peuples libres de Notre Amérique et du monde à condamner énergiquement les agressions du Gouvernement impérialiste de Donald Trump contre le Venezuela et à défendre le droit à la souveraineté, à la démocratie et à la paix de nos Peuples.

Caracas, 2 Février 2018

Última actualización el Lunes, 05 de Febrero de 2018 11:19
 
Gobierno Bolivariano condena categóricamente las nuevas y graves amenazas de EEUU contra la paz y democracia de Venezuela PDF Imprimir E-mail
Escrito por MPPRE   
Viernes, 02 de Febrero de 2018 00:00

comunicado oficial twitter WEB-e1442240318401

La República Bolivariana de Venezuela condena categóricamente las nuevas y graves amenazas del régimen de los Estados Unidos de América en contra de la paz, la estabilidad y la democracia en Venezuela. Se trata de una estrategia de agresión integral, aceptada y difundida abiertamente por los voceros del Gobierno supremacista de Washington.

En este sentido, la República Bolivariana de Venezuela denuncia ante el mundo que, al iniciar una gira que le llevará por varios países de América Latina y el Caribe, el Secretario de Estado Rex Tillerson, ha hecho pública la intención de su Gobierno de provocar un cambio violento del Presidente constitucional de Venezuela, incitando un golpe militar. Washington confiesa así sus intenciones de agresión, contrarias a los más elementales principios del Derecho Internacional Público que rigen las relaciones entre las naciones civilizadas.

Son muchos los países del mundo que han padecido la larga historia de operaciones encubiertas, clandestinas, guerra de propaganda, bloqueos económicos e intervenciones militares directas del Gobierno de los Estados Unidos de América. Las insensatas amenazas contra Venezuela demuestran, una vez más, que el Gobierno de Donald Trump se ha convertido en el mayor agente de violencia, discriminación y humillación en el mundo.

A todas luces el objetivo principal de la gira por América Latina y el Caribe de Rex Tillerson, es incrementar las presiones sobre gobiernos de la región, para que acompañen el perverso plan de agresiones contra Venezuela. De hecho, en sus declaraciones le otorga vigencia a la anacrónica Doctrina Monroe, antigua política estadounidense de expansión y control ilegal sobre los países de Nuestra América.

El carácter y la identidad del Pueblo Venezolano y su Fuerza Armada Nacional Bolivariana, se han forjado a partir de su profunda e inequívoca convicción antiimperialista. En consecuencia, ningún imperio podrá vulnerar la sagrada independencia y la voluntad libertaria del Pueblo de Simón Bolívar.

La República Bolivariana de Venezuela hace un llamado a los Pueblos libres de Nuestra América y del mundo, a rechazar enérgicamente las agresiones del Gobierno imperialista de Donald Trump contra Venezuela y a defender el derecho a la soberanía, a la democracia y a la paz de nuestros Pueblos.

Caracas, 02 de febrero de 2018

Última actualización el Lunes, 05 de Febrero de 2018 11:18
 
Le Gouvernement Bolivarien condamne énergiquement les déclarations de la ministre canadienne Chrystia Freeland PDF Imprimir E-mail
Escrito por MPPRE   
Lunes, 29 de Enero de 2018 00:00

COMUNICADO-OFICIAL600x400-1-1

 

Communiqué

La République Bolivarienne du Venezuela condamne catégoriquement les déclarations faites le 27-01-2018 par la Ministre des Affaires Etrangères du Canada, Chrystia Freeland, qui ne reconnaissent pas la légitimité des institutions vénézuéliennes.

Ces déclarations constituent, de plus, une claire violation des principes qui régissent les règles internationales comme le respect de la souveraineté, l'autodétermination des Peuples et la non-intervention dans les affaires intérieures des Etats.

La représentante du régime canadien ne fait que jouer son rôle dans la campagne engagée par Washington pour saper la volonté du Peuple vénézuélien et pour renforcer le blocus économique et financier contre notre pays, tout cela dans l'intention de raviver, de l'étranger, la violence politique qui a été surmontée. De cette façon, le régime du Canada confirme que le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela a eu raison d'expulser, en décembre 2017, le Chargé d'Affaires de sa représentation diplomatique à Caracas.

Il est paradoxal qu'après des mois d'une intense campagne dans laquelle on intimait au Gouvernement vénézuélien d'organiser des élections présidentielles anticipées, maintenant, le régime canadien condamne cette action qui a été décrétée par l'Assemblée Nationale Constituante plénipotentiaire, représentante légitime du Venezuela souverain en tant que dépositaire du pouvoir d'origine. Il est évident que ce que le Canada réclamait n'était pas l'exercice du suffrage en tant que mécanisme démocratique pour résoudre les différends entre les Vénézuéliens sans ingérence d'aucune sorte mais de donner un résultat qui favoriserait ses alliés politiques dans le cadre de ses oolitiques illégales de changement de Gouvernement par la violence.

La République Bolivarienne du Venezuela réaffirme que c'est le Peuple vénézuélien, le seul qui a le droit de valider le fonctionnement de ses institutions et de ses processus électoraux et que ni le Peuple ni le Gouvernement Bolivarien ne cèderont aux pressions, aux chantages, aux menaces, aux blocus ou aux sanctions d'aucune empire ni de ses subordonnés qui cherchent à saper la liberté, l'indépendance et la démocratie qui nous ont tant coûté à renforcer pendant plus de 200 ans.

Caracas, 28 janvier 2018

Última actualización el Lunes, 05 de Febrero de 2018 10:47
 
<< Inicio < Prev 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Próximo > Fin >>

Página 5 de 31

Expose Scroller

FOTO CELBRACION 19 DE ABRIL IV Audiencia del Presidente Maduro con el Presidente argelino, Abdelaziz Bouteflika.A la izquierda: Canciller Delcy Rodriguez, Embajador José de Jesus Sojo Reyes. A la derecha: Presidente del Consejo de la Nación, Abdelkader Bensalah, Primer Ministro, Abdelmalek Sellal. IMG20170211163040 IMG-20170212-WA0014 IMG_0130 Presidente Maduro rinde homenaje a la memoria de los mártires de la revolución argelina en el Santuario de los Mártires. IMG-20170212-WA0015 160052 Embajador Sojo entregando sus Cartas Credenciales al Presidente de la República Argelina Democrática y Popular, Señor Abdelaziz Bouteflika argelia-700x352

Otras Noticias