em_argelia
Embajada de Venezuela en Argelia


Venezuela rechaza declaraciones intervencionistas de Donald Trump PDF Imprimir E-mail
Escrito por MPPRE   
Domingo, 13 de Agosto de 2017 08:54

COMUNICADO-OFICIAL600x400-1-1

REPÚBLICA BOLIVARIANA DE VENEZUELA
MINISTERIO DEL PODER POPULAR PARA RELACIONES EXTERIORES

1. La República Bolivariana de Venezuela rechaza de la manera más categórica y contundente las declaraciones inamistosas y hostiles del Presidente de los Estados Unidos de América, Donald Trump, el 11/08/2017, en las que amenazó con una intervención militar contra nuestra Patria, las cuales son a todas luces violatorias de los propósitos y principios consagrados en la Carta de las Naciones Unidas y de las normas del derecho internacional, particularmente en lo que respecta al uso o amenaza del uso de la fuerza contra la independencia política de los Estados.

2. Las declaraciones belicistas del Presidente Donald Trump, claramente enmarcadas dentro de las agresiones sistemáticas de la administración estadounidense contra Venezuela, representan una amenaza directa contra la paz, la estabilidad, la independencia, la unidad territorial, la soberanía y el derecho a la auto-determinación de la República Bolivariana de Venezuela, a tan sólo un día de que el Jefe de Estado y de Gobierno venezolano, Nicolás Maduro Moros, hubiese renovado su llamado a entablar relaciones de altura, igualdad y cooperación con el Gobierno de los Estados Unidos de América, sobre la base del respeto mutuo.

3. La temeraria amenaza del Presidente Donald Trump pretende arrastrar a América Latina y el Caribe a un conflicto que alteraría permanentemente la estabilidad, la paz y la seguridad de nuestra región, declarada como Zona de Paz por los 33 Estados miembros de la Comunidad de Estados Latinoamericanos y del Caribe (CELAC) en 2014.

4. La República Bolivariana de Venezuela alerta una vez más a la comunidad internacional sobre las grandes amenazas que se ciernen cada vez con mayor intensidad sobre ella, en tiempos en los cuales la administración estadounidense reafirma su talante imperial y vocación neocolonial en Nuestra América, en claro desprecio del pueblo venezolano y su probada vocación pacifista y libertaria.

5. La República Bolivariana de Venezuela hace un llamado a los miembros de la comunidad internacional y a los pueblos libres del mundo, a que expresen su más clara e inequívoca condena a este peligroso atentado contra la paz y estabilidad del continente americano. Llegó el momento en que las organizaciones internacionales y foros multilaterales de la región y del mundo reafirmen la vigencia de las normas del derecho internacional y pongan freno a la más agresiva acción del imperio estadounidense contra el pueblo venezolano en más de cien años.

Hacemos un llamado a todos los patriotas de Venezuela, sin distingo de colores o parcialidades políticas, a unirnos en la defensa de nuestro suelo sagrado, de nuestro pueblo sagrado, frente a la insolente agresión del extranjero.

"Independencia o Nada"- Simón Bolívar
Caracas, 12 de agosto de 2017

Última actualización el Domingo, 13 de Agosto de 2017 08:56
 
Gobierno de la República Bolivariana de Venezuela rechaza retiro del embajador, Diego Molero, de la República del Perú PDF Imprimir E-mail
Escrito por MPPRE   
Viernes, 11 de Agosto de 2017 00:00

COMUNICADO-OFICIAL600x400-1-1

 

El Gobierno de la República Bolivariana de Venezuela, a través del Ministerio del Poder Popular para las Relaciones Exteriores, en su innegable vocación de la Diplomacia Bolivariana de Paz, rechaza las acciones que contra nuestra Patria materializó el gobierno de la República del Perú solicitando el retiro del embajador Diego Molero Bellavia ante lo cual es preciso señalar:

1.- El Presidente de la República del Perú, Pedro Pablo Kuczynski, se ha convertido en un enemigo de la Patria de Bolívar, al interferir continuamente en los asuntos internos de Venezuela, pretendiendo minar las históricas relaciones bilaterales entre nuestros pueblos, además de intentar torpedear el avance de la Unión Latinoamericana desde la inequívoca vocación de sus pueblos hermanos.

2.- El Embajador Diego Molero Bellavia, se encuentra en Venezuela a buen resguardo y mantiene su respeto y cariño por el pueblo peruano que siempre demostró su afecto y estima a la Patria de Bolívar, nuestro Libertador común.

3.- El gobierno de Venezuela seguirá profundizando las relaciones con el heroico pueblo peruano a pesar de las arteras acciones de la élite que gobierna el Perú. La verdadera voluntad de unión latinoamericana no podrá ser intervenida por decisiones mezquinas y destempladas que violentan el Derecho Internacional y la autodeterminación de los pueblos, promovidas por el imperialismo.

4.- El pueblo de Venezuela y del Perú, unidos en armas, garantizaron la independencia de Nuestra América en las gloriosas batallas de Junín y de Ayacucho, bajo las espadas de los Libertadores del Perú: Simón Bolívar y Antonio José de Sucre. La sangre derramada por los soldados venezolanos, quienes únicamente cruzaron las fronteras de nuestro país hasta la pampa de la Quinua, para llevar paz y libertad ante el oprobio de los imperios coloniales de otrora, guía nuestros destinos de hermandad.

5.- En virtud de la medida adoptada por el gobierno del Perú, nos vemos en la lamentable obligación de expulsar al Encargado de Negocios del Perú en Venezuela, quien dispondrá de cinco (5) días para abandonar nuestro país.

El Gobierno Bolivariano, ratifica que la relación entre nuestros pueblos está sellada por el peso de la gesta heroica que puso fin a la dominación colonial en el siglo XIX, y que hoy su canto resuena nuevamente en la acción incombustible del Comandante Eterno Hugo Chávez para hacer de América Latina un territorio de paz y unión, donde seamos los latinoamericanos quienes definamos el rumbo de nuestro porvenir.

¡Junín y Ayacucho están hoy más vigentes que nunca!

Caracas, 11 de agosto de 2017

Última actualización el Domingo, 13 de Agosto de 2017 08:58
 
VI REUNION EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL POLITIQUE DE L’ALBA-TCP (traduction non oficielle) PDF Imprimir E-mail
Escrito por cONSEIL POLITIQUE DU ALBA TCP   
Jueves, 10 de Agosto de 2017 13:18

Logo ALBA

Nous, les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité de commerce des Peuples (ALBA-TCP), à l'occasion de la VI Réunion Extraordinaire du Conseil Politique de l'ALBA-TCP, tenue à Caracas-République Bolivarienne du Venezuela, le 8 août 2017 :

Reconnaissons et félicitons le peuple vénézuélien pour la journée démocratique du 30 juillet dernier, conscient du fait que réaliser ces comices et voter a été un authentique acte souverain et que ce sont les vénézuéliens uniquement qui ont la compétence de surmonter leurs difficultés, sans de l'ingérence, des menaces ou des conditionnements interventionnistes.

Réitérons que les sanctions économiques unilatérales, imposées contre le peuple vénézuélien, constituent une violation flagrante du droit international, des droits de l'homme et sont une application interventionniste inacceptable qui a, comme seul objectif, affecter directement le peuple et le Gouvernement bolivarien du Venezuela, afin de parvenir à un changement de régime.

Prenant en compte les constants efforts directs et indirects de porter atteinte à la paix et la souveraineté du peuple et du gouvernement du Venezuela, la campagne de dénigrement médiatique internationale et las actions unilatérales qui violent le droit international et qui touchent aujourd'hui l'économie vénézuélienne .

Soulignant que les ennemis historiques de l'intégration latino-américaine et caribéenne ont lancé une guerre non conventionnelle contre les gouvernements et les peuples qui l'ont le plus défendu, dont le seul but est de détruire les avancées obtenues dans la région ; nous diviser et imposer une nouvelle fois le modèle économique néolibérale pour ainsi pouvoir dominer et contrôler nos richesses et nous soumettre au control des intérêts transnationaux.

Rappelant la Déclaration du XIV Sommet des Chefs d'Etat et du Gouvernement de l'ALBA-TCP, le 5 mars dernier, à Caracas, Venezuela, dans laquelle il a été affirmée que « la défense du Venezuela et de sa révolution n'est pas un problème exclusif des vénézuéliens. Il est une cause qui appelle à tous ceux qui luttons pour une véritable indépendance en Amérique Latine et dans les Caraïbes. Au Venezuela, la bataille d'Ayacucho du XXIe siècle est aujourd'hui mené. »

Nous rejetons les sanctions, arbitraires et illégales, imposées par le gouvernement des Etats-Unis, contre des citoyens vénézuéliens, y compris le président constitutionnel Nicolás Maduro Moros. Les pays de l'ALBA-TCP avertissons que, encore une fois, sont commis les mêmes erreurs qui les ont conduits à l'échec dans le passé.

Nous déclarons que ces actions contre le Venezuela ne conduiront à une solution qui favorise le peuple et ont le seul but de générer une plus grande instabilité, en encourageant les secteurs les plus violents de l'opposition vénézuélienne. Les pays et les organisations internationales qui encourageant la violence et le chaos, seront responsables de leurs conséquences.

Nous exigeons une forte et immédiate condamnation internationale de la violence, qui a coûté des décès déplorables et des nombreuses pertes au peuple vénézuélien.
Nous réitérons l'appel à la mise en place d'un dialogue constructif et respectueux, afin d'avancer dans la stabilité politique et économique du Venezuela.

Nous soulignons la vigueur avec laquelle les peuples latino-américains et caribéens défendent les idéaux de justice sociale et de la dignité de l'être humain.
Nous ratifions notre soutien à l'initiative émanant de la 38e Réunion Ordinaire de Chefs de Gouvernement du CARICOM, du 6 juillet 2017, où ils offrent accompagner un processus de dialogue entre le gouvernement et l'opposition du Venezuela, afin de réactiver et relancer définitivement ladite initiative, qui cherchera la paix dans le pays.

Nous réitérons notre plus fort rejet de la politique envers Cuba annoncée par le gouvernement des Etats-Unis d'Amérique le 16 juin 2017, qui renverse les avancées obtenues au cours des deux dernières années et qui constitue un pas en arrière dans les relations entre les deux pays et renforce l'injuste et illégal blocus économique, commercial et financier contre le peuple du Cuba.

De même, nous réitérons la préoccupation exprimée par les Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'ALBA-TCP dans son XV Sommet sur le traitement que reçoivent les migrants latino-américains et caribéens, et de la nécessité de respecter leurs droits.

Nous exprimons que la construction du mur dans la frontière nord du Mexique par le Gouvernement des Etats-Unis d'Amérique, est une claire expression de discrimination et de rejet, des migrants de toute l'Amérique Latine et des Caraïbes. Nous rejetons les déportations massives de migrants latino-américains et caribéens souvent sans respect aux droits de l'homme.

Nous saluons les avancées obtenues pour la réactivation du Fonds de Soutien Légal et de Conseils aux Migrants de la Banque de l'ALBA.

Nous nous engageons au respect et à la défense des postulats de la Proclamation de l'Amérique Latine et des Caraïbes comme une Zone de Paix, signée par les Chefs d'Etat et de Gouvernement de la région, lors du II Sommet de la CELAC.

Nous appelons aux peuples et gouvernements de l'Amérique Latine et des Caraïbes à être vigilants et à agir ensemble pour la défense de notre indépendance et souveraineté régionale, et également freiner à ceux qui sont déterminés à renverser nos acquis sociaux, et empêcher l'intégration et l'unité de Notre Amérique.

Egalement, nous dénonçons l'existence et le développement d'un Plan impulsé par l'Empire, qui vise à porter atteinte au développement des gouvernements progressistes. Les connaisseurs de ce Plan sommes conscients et prêts à faire face et à le combattre, comme a bien fait le courageux et digne peuple vénézuélien.

Última actualización el Jueves, 10 de Agosto de 2017 13:22
 
Le Venezuela rejet le pseudo-rapport émis par le Haut- Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme PDF Imprimir E-mail
Escrito por MPPRE   
Jueves, 10 de Agosto de 2017 11:00

COMUNICADO-OFICIAL600x400-1-1

La République bolivarienne du Venezuela rejet le pseudo- rapport émis par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme sur la situation des droits de l'homme dans notre pays que—une nouvelle fois—encourt consciemment dans le mensonge, dans des remarques non fondées et tendancieuses, et dans la diffusion des fausses présomptions sur la réalité vénézuélienne.


L'instrumentalisation du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme à des fins politiques, pour attaquer le Venezuela, dénaturant les louables objectifs de cette instance, est devenue malheureusement une habitude pénible ces derniers temps. L'utilisation des fausses nouvelles par des médias sans scrupule, sans aucune vérification, et l'utilisation de deux poids et deux mesures concernant les droits de l'homme, expriment encore une fois une position partiale et honteuse qui porte atteinte à la souveraineté du Venezuela et au Droit International.


Il est répréhensible que le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme insiste ouvertement à tromper la communauté internationale sur les évènements de violence perpétrés par un secteur de l'opposition vénézuélienne depuis avril de cette année, ignorant la documentation abondante, éclairante et fiable que l'Etat vénézuélien a fourni au Haut- Commissariat, dans laquelle est démontré la responsabilité des dirigeants de l'opposition dans l'organisation, promotion et financement des actes violents qui ont jeté un douloureux bilan de plus d'une centaine de morts, des milliers de blessés et d'innombrables dommages et souffrances au peuple vénézuélien.

Et il est pire encore que le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme n'exprime aucune solidarité avec les victimes de cette stratégie politique violente et criminelle, dont le seul objectif est de renverser le Gouvernement légitime de la République bolivarienne du Venezuela.
Il est condamnable éthiquement que le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, sur la base d'un rapport incomplet, pas officiellement conclu, fondé sur des opinions recueillies lors des entretiens prétendument faites par un soi- disant « équipe d'experts », affirme l'existence de « violations massives » aux droits de l'homme et présente tels mensonges au monde comme conclusions de l'ONU, compromettant ainsi le bon nom et la bonne réputation de cette organisation et de ses Etats membres.

Les fallacieuses conclusions du soi-disant « équipe d'experts de l'ONU », approuvées par le Haut-Commissaire, ont gravement blessé la probité, l'impartialité, l'équité, l'honnêteté et la bonne foi que doit prévaloir dans les actions dudit Commissariat, et représentent un dangereux précédent pour les Nations unies.
Ceci se produit à quelques jours de l'installation réussie de la souveraine et légitime Assemblée Nationale Constituante du Venezuela, quand la tranquillité et le calme retournent dans les rues, et quand l'opposition vénézuélienne—suite à l'échec de ce violent attaque—annonce le retour à la voie électoral et constitutionnel en décidant participer aux élections régionales du 10 décembre prochain.

La République Bolivarienne exprime sa méconnaissance absolue de ce document illégal utilisé pour imposer une opinion fondée sur un approche vil et partiel par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, et fera les efforts diplomatiques nécessaires pour dénoncer cette nouvelle agression contre notre peuple et notre pays, depuis une instance qui devrait servir, avec de l'équilibre et de la pondération, à la protection des droits de l'homme dans le monde.
La République bolivarienne du Venezuela—actuellement immergée dans un processus constituant populaire—ratifie son engagement avec la paix, la promotion du dialogue entre tous les secteurs du pays, la tolérance politique et le plein respect des droits de l'homme, conditions essentielles pour résoudre les problèmes auxquels nous faisons face.

Caracas, le 10 août t 2017

Última actualización el Domingo, 13 de Agosto de 2017 09:33
 
<< Inicio < Prev 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Próximo > Fin >>

Página 4 de 21

Expose Scroller

P1020626 Niños saharauis/escuela secundaria Simon Bolívar IMG_0130 Presidente Maduro arriba al Aeropuerto internacional de Argel. Recibimiento oficial por el presidente del Consejo de la Nación, Abdelkader Bensalah. Presidente Maduro rinde homenaje a la memoria de los mártires de la revolución argelina en el Santuario de los Mártires. IMG-20170212-WA0017 Ciclo de películas con motivo de la celebración del 13 de abril (2012) Presidente Maduro rinde homenaje a los mártires de la Revolución argelina en el Santuario de los Mártires. Foto 6 Embajador Mujica, Presidente Abdelaziz y Embajador Caballero (Cuba)

Otras Noticias